Image-empty-state.png

Interview de Geneviève

72 ans

Parlez-moi de vous?

Je m’appelle Geneviève. J’ai 72 ans le mois prochain et j’ai une fille de 39 ans. Retraitée, ancienne commentatrice de films, sculpteur, je vis à Paris.

Quelle est la femme que vous trouvez la plus belle ou que vous admirez le plus au monde ?
À quel âge ?

J’aime les femmes qui s’assument avec les cheveux blancs et qui en font un atout pour l’âge qu’elles ont. J’aime bien Catherine Deneuve, qui assume son côté bonne vivante à l’âge qu’elle a, même si elle triche par rapport à son métier. J’apprécie également Anouk Aimée.

Vous sentez-vous en accord physiquement et mentalement avec votre âge ?

Pas du tout. Mentalement, on n’a pas l’âge de ce que l‘on représente. Dans ma tête, j’ai l’impression d’avoir toujours vingt ans, avec des rêves qui se heurtent à la réalité des choses. Comme par exemple, rencontrer quelqu’un pour faire ensemble un bout de chemin amoureux. Je veux être accompagnée dans mes vieux jours. La solitude, c’est lourd mais c’est aussi une liberté. Ce sont des images que j’ai dans ma tête et qui persistent. De Gaulle disait « la vieillesse est un naufrage ». Je ne veux rien lâcher et je continue à bien me maquiller car c’est une partie de mon identité. La vieillesse est un parcours que je fais avec moi-même. Je suis ridée, je suis plus essoufflée, mais j’essaye de m’entretenir. Les autres me disent que je suis une belle grand-mère, donc cela m’encourage à ne pas me
laisser aller.

Quel challenge avez-vous ressenti à l’approche de vos 50 ans ?

Cinquante ans, c’était joyeux et j’ai franchi ce cap très facilement. Soixante ans, pas vraiment, mais on sait que l’on bascule dans une autre catégorie d’âge. Par contre, soixante-dix ans, c’était plus compliqué car on prend conscience de la mort qui arrive avec le temps. J’ai trois petites-filles et j’essaye de rester active car je veux les voir vieillir.

Votre vision de la beauté change-t-elle au fil des années ? 

Je fais très attention, je demande à ma fille si c’est de mon âge. Je ne m’habille plus de la même manière. Je ne veux pas être ridicule ou à côté de la plaque en portant des vêtements de gamines de vingt ou trente ans. Cela serait ridicule à mon âge et donnerait l’image que je ne suis pas consciente de la personne que je suis. En effet, je ne suis plus une jeunette qui peut porter des vêtements courts et qui
collent à la peau. Avant, j’aimais beaucoup les robes et les petites vestes. Aujourd’hui, on a pas mal le choix de tenues jolies et correctes pour une femme de mon âge. Maintenant, je m’habille pratiquement comme je veux. Je regrette cependant les robes avec les manches américaines, bras nus. Je préfère plutôt couvrir mes bras maintenant car ma peau tombe, Elle est ridée et flasque. Cela me renvoie au fait que j’ai vieilli et que je suis en train d’aller vers le bout du tunnel. J’ai décidé de porter les cheveux blancs, Auparavant, j’ai été brune, blonde. J’ai eu la chance d’avoir les cheveux uniformément blancs, cela m’a aidé à passer le cap, la longueur des cheveux aussi. Quand j’étais jeune, j’avais les cheveux longs,  puis en vieillissant, j’ai trouvé que ce n’était pas joli et je les ai coupés vers quarante ans. Je ne voulais plus de
cheveux longs pour le côté esthétique car je trouve que ce n’est pas beau quand on a un certain âge. Par contre, avec un chignon comme Simone Veil, pourquoi pas, mais les cheveux courts vont mieux à une personne d’un certain âge.

Quels sont selon vous vos meilleurs atouts ?

Ma bouche et mon nez.

Que pensez-vous que les gens ou la société attendent de votre âge et de votre genre ?

Je trouve que les publicités sont très ciblées sur le vieillissement : « comment ne pas vieillir ? », c’est pénible. Il en est ainsi  pour les concours de dessins, d’aquarelles, etc… ils sont réservés uniquement à des
personnes jeunes. A partir d’un certain âge, ce n’est pas sûr que l’on vous soigne. Par exemple, j’ai eu un problème de cloison nasale et mon spécialiste m’a dit en parlant d’une opération « à votre âge, on va s’en passer ». J’essaye de ne pas y prêter attention et de faire la part des choses. Sinon, je ne regarde pas vraiment les magazines, les blogs, j’essaye de me faire confiance. De temps en temps, je regarde le magazine « ELLE », mais plus pour les vêtements que pour la mode.

Avez-vous l’impression de vous améliorer en vieillissant  ou d’être plus en connexion avec vous-même avec le temps ?

Non, je suis pareille, mais j’ai moins de complexes. Avec le temps, on voit différemment les choses, on va plus à l’essentiel.

Est-ce que vous avez des problèmes de beauté particuliers avec le temps ?

Je n’utilise pas les mêmes produits qu’avant et, d’ailleurs, on nous le fait comprendre. Je prends pour peau mature. Je fais attention à traiter le bord de mes lèvres, etc… A partir de soixante-cinq ans, la peau est plus fine, plus ridée et plus fripée. Du coup, on ne peut plus mettre les mêmes produits (ex : contour de l’œil spécifique).

Vous maquillez-vous de la même manière que quand vous aviez trente ans?

J’ai toujours mis du rouge à lèvres et je continue. Je me suis toujours apprêtée et cela n’a pas changé avec les années, tout en évoluant un peu. Cela me donne de l’énergie et améliore les choses au quotidien. Je me maquille toujours dans ce même but pour me plaire et donner l’image de moi qui me paraît être la meilleure.

La ménopause comment l’avez-vous vécue ? Est-elle une sorte de libération ?

J’étais heureuse de me dire que je n’aurais plus mes règles. Par contre, les bouffées de chaleur ont été horribles. Parler à quelqu’un et être en nage quand cela ne prévient pas, c’est très pénible. On ne réalise pas vraiment avant que cela arrive et chacun le vit de manière différente.  Au début, on m’a donné des hormones de substitution et, ensuite, on m’a dit que c’était néfaste pour ma santé. Aussi, j’ai arrêté et j’ai vu les effets rapides du vieillissement. Je veux rester mince, conserver une silhouette fine. Comme j’avais
pris trois à cinq kilos, je suis allée voir une nutritionniste. Je mangeais comme avant et elle m’a dit justement qu’il fallait faire autrement et manger moins. Donc, j’ai fait attention pour garder la ligne.

Comment choisissez-vous vos produits de beauté ?

J’aime qu’une crème soit confortable, hydratante et bio. Pour les marques, je ne suis pas très fidèle et je prends suivant les conseils et avis. Je ne mets pas de fond de teint, juste de la terracotta, et je me maquille les yeux et la bouche. J’ai mes couleurs préférées, je pense qu’avec le temps j’allège plus mon maquillage car se maquiller à outrance avec la peau qui ne suit pas, ce n’est pas beau. Pour me préparer, je prends cinq à quinze minutes maximum par jour.