Image-empty-state.png

Interview de Corinne

56 ans

Parlez-moi de vous?

Je m’appelle Corinne, j'ai 56 ans, je suis célibataire et je vis à Casablanca. Je suis une artiste et je donne des cours d’art plastique. Je fais également des doublages de voix dans les séries TV.

Quelle est la femme que vous trouvez la plus belle ou que vous admirez le plus au monde ?
À quel âge ?

Charlize Theron car elle a une beauté parfaite et beaucoup de charme. J’aime beaucoup son charisme.

Vous sentez-vous en accord physiquement et mentalement avec votre âge ?

Pas forcément, je me sens plus jeune mentalement par rapport à l’âge que j’ai. C’est déroutant et cela me provoque une étrange sensation. J’ai conscience d’avoir cinquante-six ans et, en même temps, d’être toujours la même mentalement.

Quel challenge avez-vous ressenti à l’approche de vos 50 ans ?

A la base, aucun ; le nombre « 50 » ne m’a pas du tout angoissée. Je le vivais très bien jusqu’au jour où mon ex-compagnon m’a quittée pour une femme qui avait vingt ans de moins que moi. Cela m’a fait un sacré choc. J’ai eu du mal à l’accepter et j’ai vécu cette séparation comme une punition. Il me disait qu’il aimait ma maturité, même mes rides. De ce fait, cela m’a beaucoup perturbée et j’ai fait un rejet de mon âge. Maintenant, cela va beaucoup mieux et j’ai réussi à m’accepter telle que je suis. Bien sûr, s’il y avait une baguette magique pour faire disparaître mes rides, je ne dirais pas non.

Votre vision de la beauté change-t-elle au fil des années ? 

Je ne me suis jamais beaucoup maquillée. Pour moi, être bien maquillée, c’est juste avoir un trait de crayon noir sur les yeux et sur les sourcils. Sinon, j’ai adoré avoir quarante ans. J’étais super bien dans ma peau et je me trouvais belle. Après, c’est difficile de faire la part des choses avec le temps.

La ménopause ? Comment l’avez-vous vécu ? Est-elle une sorte de libération ?

La ménopause, je l’ai vécue comme une libération. J’ai juste eu des bouffées de chaleur au début. Par contre, j’ai senti que ma peau se ridait plus facilement et perdait de son éclat. Je ne sais pas si cela était dû à la tristesse d’avoir été quittée, à mon âge ou à la ménopause, c’est très psychologique. J’ai pris quelques kilo avec le temps que j’attribue à mon mode de vie qui a changé car je fais attention à ma ligne.

Que pensez-vous que les gens ou la société attend(ent) de votre âge et de votre genre ?

De par mon caractère et mon mode de vie (artiste, voyages…), je ne me suis jamais préoccupée de ce que les autres attendaient de moi. J’ai toujours fait et, uniquement, ce qui me plaisait. Je trace ma route comme je veux. Pour moi, il n’y a pas besoin d’être aimée par tout le monde et c’est important.

Remarquez-vous un changement concernant votre désir et votre désirabilité ?

Il m’arrive d’être regardée ou draguée par des jeunes. Ma libido est à zéro depuis plusieurs années mais je le vis bien. Je ne fais pas attention à cela.

Avez-vous l’impression de vous améliorer en vieillissant  ou d’être plus en connexion avec vous-même avec le temps ?

Je fais un travail de connexion sur moi-même depuis très longtemps.  Pour moi, c’est plus une réflexion sur soi-même, plutôt que sur l’âge, qui nous fait avancer. Avec les années, je me sens de mieux en mieux. Je n’ai jamais fait très attention à mes tenues. Auparavant et même à quarante ans, je m’habillais très excentriquement. Maintenant, je suis très sobre et je m’habille plutôt en noir. Le Maroc a changé ma façon de me vêtir également et, de ce fait, je fais moins de gros efforts d’habillement. Je privilégie le confort, sans être négligée.  Le matin, je prends cinq minutes pour me maquiller, dix minutes quand je fais un gros effort. Je mets du mascara seulement pour les grandes occasions. Sinon, j’adore mes cheveux gris que je ne colore pas. Je trouve cela très beau et j’en ai rêvé pendant longtemps. Ils se grisent de façon très homogène.

Est-ce que vous avez des problèmes de beauté particuliers avec le temps ?

J’ai la peau plus sèche mais je ne fais rien pour y remédier. De temps en temps, j’achète des crèmes hors de prix mais elles restent dans mes placards. Je me fais d’ailleurs disputer par ma colocataire car elle trouve que je ne fais pas assez attention à moi, mais je n’ai jamais pris l’habitude de soigner ma peau et je n’y pense pas. J’ai déjà fait des injections de botox et d’acide hyaluronique mais je n’en fais plus maintenant. Je préfère faire quelque chose de plus radical car, au moins, on n’y pense pas.

Comment choisissez-vous vos produits de beauté ?

Cela m’arrive d’acheter des crèmes qui promettent de combler les rides en trois semaines mais, ensuite, je ne vois pas de différence. J’ai l’impression que les produits anti-âge ne marchent pas sur moi. J’ai également essayé des crèmes cicatrisantes qui ne coûtent pas chères et le résultat était le même. Sinon, pour le maquillage, j’utilise un crayon noir, pas vraiment de marque, pour me faire un trait d’eye-liner. Pour moi, le plus important ce n’est pas la marque mais la qualité apparente qui me fait choisir le produit. Pour le rouge à lèvres, j’en mets un peu de temps en temps et j’ai l’impression que cela transforme mon visage. Par exemple, récemment, j’avais une vidéo conférence donc j’ai mis un trait de crayon noir et du rouge à lèvres. Mes colocataires ont tout de suite vu la différence et cela m’a fait plaisir.

Quel est selon vous vos meilleurs atouts ? Mon sourire.
Vous habillez-vous et vous maquillez-vous de la même manière que quand vous aviez 30 ans ? Oui, car je me suis rarement maquillée.